Inscrivez-vous pour recevoir les dernières mises à jour

Éducation

Ce document politique sur l'éducation est le dernier élément qui complète ma plateforme à la direction - une feuille de route pour les libéraux de l'Ontario pour regagner la confiance des Ontariens et Ontariennes et offrir le meilleur choix possible aux électeurs lors des élections provinciales de 2022.

Depuis 2018, les conservateurs de Ford ont provoqué un chaos et des perturbations sans précédent au système d'éducation de l'Ontario. Ils ont suscité chez les enseignants et les employés de l'éducation une méfiance et une antipathie envers le gouvernement, et ont mis de côté les meilleurs intérêts et le bien-être des élèves, des parents et des familles alors qu'ils poursuivent un programme de réductions axé sur l'idéologie. Les dommages qu'ils ont causé prendront du temps, de l'engagement et une bonne volonté à réparer.

Au cours des deux prochaines années, les libéraux de l'Ontario devront montrer aux Ontariens et Ontariennes que nous avons un meilleur plan d'éducation dans notre province. Nous réparerons la mauvaise gestion des conservateurs et rétablirons l’ordre pour toutes les personnes impliquées dans l’éducation. Mais encore plus important, nous allons relever un défi beaucoup plus grand et plus complexe - repenser et renouveler ce qui est nécessaire pour bâtir un système d'éducation qui répond aux besoins de l'Ontario pour les générations à venir.

Mon document de politique sur l'éducation invite les parties prenantes du secteur de l'éducation à se rassembler et à repenser au système d'éducation de la province, de l'apprentissage préscolaire à l'enseignement postsecondaire, afin de permettre à tous les Ontariens et Ontariennes de participer pleinement à l'économie et à la société de la province au milieu du XXIe siècle. Il nécessite un nouvel examen de la formule de financement de l’éducation, une nouvelle approche de l'infrastructure éducative construite autour des entités municipaux, un soutien continu aux quatre systèmes d'enseignement public de l'Ontario et un engagement permanent à ouvrir des négociations avec les syndicats représentant les enseignants et les professionnels de l'éducation de la province. Il comprend des propositions détaillées pour soutenir et renforcer l'éducation postsecondaire et l'éducation des adultes conformément aux engagements de mon document de politique économique.

Les Ontariens et Ontariennes ont appris que les défis auxquels nous sommes confrontés dans le domaine de l'éducation aujourd'hui et pour l'avenir sont complexes et ne trouveront pas de réponse dans des idéologies dépassées ou des slogans simplistes. Les plans dont nous avons besoin pour l'éducation en Ontario n’ont pas leur place sur les pancartes. Nous devons travailler ensemble, d'abord en tant que libéraux, puis avec tous les Ontariens, sur des stratégies réfléchies et complètes en matière d'éducation. Ce sera un travail difficile et exigeant - mais je crois profondément que cela en vaut la peine.

Pourquoi l'éducation compte pour moi

De tous les domaines politiques que j'ai abordés dans ma plateforme à la direction, l'éducation est celui qui me tient le plus à cœur. L’éducation a joué un rôle central dans ma vie - en tant que jeune, en tant que personne dont le premier poste élu a été celui de conseiller scolaire et en tant que parent de deux filles à l'école publique.

Je dois beaucoup au système d'éducation de l'Ontario et aux gens qui en font partie. Cela m’a permis d’être la personne que je suis aujourd’hui. 

L'été dernier, j'ai lancé ma campagne à la direction dans la communauté où j'ai grandi, Flemingdon Park, un beau quartier diversifié et dynamique de Toronto. Ma famille, mes amis et mes partisans m'ont rejoint à l'école publique de Grenoble, ma première école, l'endroit où j'ai appris à lire, à me faire des amis et à découvrir ce que c'est que de faire partie d'une communauté.

En tant que jeune immigrant, j'ai essayé de comprendre comment m'intégrer au Canada. Ma mère et mon père m'aimaient et me soutenaient, mais il y avait des moments durant mon enfance où parfois je sentais que je n'avais pas ma place.

Ma famille n'était pas riche ou bien connectée, mais comme tant d'autres dans notre communauté, nous avons travaillé dur et nous nous en sommes bien sortis. Mes parents avaient des valeurs et des attentes très claires pour nous: aller à l'école, travailler dur, trouver un emploi.

Je suis allé à l'école. Je n'étais pas un bon élève. Mes notes n'étaient pas les meilleures. J'ai dû aller à l'école d'été et à l'école du soir pour rattraper mon retard.

Mais j'ai appris quelque chose d'autre dans mon école publique - quelques valeurs fondamentales sur le fait d'être un Canadien et un Ontarien. J'ai appris de mes amis et de leurs familles venus de toutes les parties du monde la valeur fondamentale que nous sommes plus forts et que nous sommes meilleurs lorsque nous nous soutenons et prenons soin les uns des autres.

Aujourd'hui, cette valeur fait toujours partie de l'école publique de Grenoble, où 93% des enfants viennent de familles immigrées comme la mienne et la communauté parle plus de 73 langues différentes.

Un jour, à mon école publique, quelque chose d'incroyable m'est arrivé.

Les professeurs m'ont dit que j'étais intelligent et capable de réaliser de grandes choses. Et qu'ils m’accorderaient du temps et de l'attention pour que je puisse faire une différence. Je me sentais valorisé. Je les ai écoutés, j'ai maintenu mes efforts et j'ai commencé à faire mieux.

Puis un conseiller d'orientation m’a donné une chance et a aidé mon admission dans un lycée qui avait un taux d'entrée à l'université de près de 100 pour cent.

Un membre de la communauté, qui est un ami de mon père, m'a dit de continuer de persévérer, de croire en moi, et il m'a donné non seulement des encouragements mais les 60 dollars dont j'avais besoin pour postuler pour l'université.

J'ai été accepté à Carleton - la première personne de ma famille à aller à l'université. Mes notes n'étaient toujours pas les meilleures au début, mais elles se sont améliorées chaque année. Encore une fois, on m'a fait sentir que j'avais de l'importance - qu'on m'avait donné une opportunité parce que quelqu'un croyait en moi.

S'il y a un seul objectif qui me motive le plus dans ma fonction publique, c'est ma profonde conviction que chaque enfant en Ontario mérite d'avoir la même opportunité que m'a donnée notre système d'éducation. En tant qu'Ontariens, nous avons l'obligation de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour donner à tous nos enfants une chance égale de se sentir valorisés, de croire en eux-mêmes et de sentir qu'ils peuvent accomplir des choses et faire une différence.

Nous devons bâtir, maintenir et protéger un système d'éducation publique en Ontario qui offre cette possibilité équitablement à chaque enfant, dans chaque école, dans chaque communauté, quels que soient le revenu, le statut économique et social de la famille de l’enfant, la durée de leur séjour en Ontario, ou la région où ils habitent dans notre province- urbaine, suburbaine, petite ville, rurale, éloignée, nordique ou autochtone.

Un élément essentiel pour offrir des opportunités éducatives équitablement en Ontario est de créer dans nos écoles un environnement dans lequel chaque enfant peut être encouragé et renforcé par des enseignants et d'autres professionnels de l'éducation qui ont le mandat, le temps et le soutien pour se concentrer sur chaque enfant, le comprendre et lui accorder de l’attention. 

Il y a dix-sept ans, lorsque j'ai ressenti pour la première fois l'appel à la fonction publique, je me suis porté candidat au poste de conseiller scolaire. J'ai cru alors, comme je le fais aujourd'hui, que je devrais consacrer ma vie et ma carrière à représenter et à servir les gens de ma communauté.

Depuis lors, en tant que conseiller, député provincial du gouvernement, ministre du cabinet et maintenant député provincial de l'opposition, je suis déterminé à aider nos futures générations de jeunes en Ontario.

Je veux m'assurer que notre province est le meilleur endroit au monde où grandir, où les enfants et les jeunes se sentent le plus en sécurité, les plus sains et où ils reçoivent la meilleure éducation et les meilleures opportunités possibles.

Je veux poursuivre cet engagement en 2020.

Aujourd'hui, je suis un parent avec des enfants qui sont dans notre système scolaire public. J'ai deux filles qui étaient inscrites en immersion française à la maternelle - profitant d'une opportunité que je n'ai jamais eu d'apprendre le français. Comme je vois que mes filles réussissent bien à l'école et se préparent à réussir et à prospérer dans le monde dont elles hériteront, je comprends à quel point il est important pour les parents de notre province de pouvoir placer leurs enfants dans une école publique qui crée la meilleure opportunité pour eux et reflète leurs valeurs et leurs objectifs pour leurs enfants. Je comprends également à quel point il peut être difficile pour les parents de naviguer dans le système et d'être confiants qu'ils obtiennent les meilleurs résultats possibles pour leurs enfants.

Quand je repense aux professeurs qui ont compris ce que j'ai vécu en tant qu'enfant voulant s'intégrer et avoir le sentiment d'importance - les personnes qui m’ont soutenu et qui ont fait une différence dans ma vie en m'aidant à reconnaître par leurs propres capacités, leur potentiel et leur valeur - Je suis profondément respectueux de l'importance des enseignants et des éducateurs professionnels dans notre système scolaire public. Ce sont les personnes sur lesquelles nous comptons et avec qui nous travaillons pour donner à chaque enfant de l'Ontario l'occasion que j'ai eu – l’opportunité que nous voulons pour tous nos enfants, maintenant et pour l'avenir.

De même, j’apprécie à quel point il est essentiel que les parties prenantes dans l’éducation de l’Ontario puissent travailler ensemble pour assurer la réussite de notre système éducatif et d’assurer l’avenir de nos enfants. Lorsque j'ai été conseiller scolaire, j'ai travaillé dur pour obtenir la confiance et le soutien de notre communauté pour les représenter dans les décisions locales concernant l'éducation. Je connais les défis d'essayer de gérer un conseil scolaire avec un budget extrêmement limité pour offrir ce que les parents veulent et les enfants ont besoin. Et surtout, je respecte tous les parties prenantes de l'éducation et je reconnais leurs rôles. Je sais ce qu'il faut pour travailler en partenariat vers nos objectifs communs. J'ai vu comment les choses peuvent bien fonctionner dans le domaine de l'éducation lorsque tout le monde collabore de bonne foi.

C’est pourquoi je crois qu’avant de pouvoir, en tant qu’Ontariennes et Ontariens, commencer à planifier notre futur système d’éducation, nous devons nous arrêter et réfléchir sur ce qui se passe aujourd’hui dans le domaine de l’éducation avec le gouvernement Ford. Nous assistons à des conflits incroyablement antagonistes au sujet du financement et des programmes d'éducation entre ce gouvernement et tous nos professionnels de l'éducation.

Les dommages causés dans l’éducation par le gouvernement Ford

Les conservateurs de Ford ont indiqué dans leur budget 2019 dans quelle mesure ils veulent réduire les dépenses d'éducation et apporter des changements fondamentaux dans la manière dont l'éducation est dispensée. Les détails sur la façon dont ils veulent y parvenir ne sont révélés que maintenant par le biais des négociations provinciales avec les professionnels de l'éducation, à la suite de la décision prise par leurs syndicats de mener des « négociations ouvertes ». Cela a donné aux Ontariennes et Ontariens un aperçu clair de la façon exacte dont le gouvernement propose de réduire ses dépenses et de modifier de nombreux aspects importants dans la façon dont l'éducation est dispensée.

C'est par le biais du processus de négociation actuel que le gouvernement Ford a présenté les détails de ses plans visant à augmenter la grandeur des classes et à réduire le temps dont disposent les enseignants et les autres professionnels de l'éducation pour chaque élève, et à augmenter la proportion d'apprentissage que les élèves reçoivent anonymement via l’internet. Les enseignants et autres éducateurs ont avancé dans leur processus de négociation le fait d’être les seuls acteurs de notre système éducatif capables de défendre les intérêts des élèves et des parents en repoussant les changements préjudiciables du gouvernement.

Alors que ces développements se sont déroulés au cours des derniers mois, les Ontariens ont le sentiment que tandis que les enseignants et autres éducateurs, et leurs syndicats, se battent pour protéger l'éducation publique, le gouvernement est prêt à l'endommager par des coupures de financement arbitraires et idéologiques.

Comme pour son approche du financement de la santé, le gouvernement Ford essaie de changer l'éducation pour satisfaire un programme de réduction des coûts impitoyable qui punit les Ontariens et Ontariennes et récompense les riches donateurs privilégiés des conservateurs et leurs amis. Ils prennent des décisions sur l'éducation qui ne sont pas appuyées par des preuves de ce qui fonctionne le mieux pour tous nos élèves. Et ils utilisent les négociations pour faire avancer un programme antisyndical qui, espère-t-il, opposera les Ontariens aux enseignants, à leurs syndicats et à leurs dirigeants.

Les Ontariens et Ontariennes reconnaissent les stratagèmes et les manipulations du gouvernement Ford. C'est pourquoi ils continuent de soutenir grandement nos professionnels de l'éducation dans les négociations en cours et croient que ce sont eux, et non le gouvernement Ford, qui veillent à l'intérêt supérieur de nos enfants.

Cette situation crée une dynamique qui cause des dommages importants à l'éducation en Ontario. Il détruit l'esprit de collaboration, de respect et de collégialité qui est nécessaire pour permettre aux intervenants en éducation de travailler ensemble pour améliorer notre système pour nos enfants. Même lorsque la situation actuelle suit son cours - avec, espérons-le, une défaite du gouvernement Ford et la reconnaissance du tort causé par son attaque contre l'éducation et son approche de la négociation collective avec les éducateurs - le processus de réparation peut prendre des années.

Mon engagement envers le renouvellement de l'éducation

Je m'engage à rétablir l'ordre, la civilité et le respect de la façon dont l'Ontario traite nos professionnels de l'éducation. Si les Ontariennes et Ontariens et leur gouvernement veulent que nos professionnels de l'éducation mettent en valeur le meilleur de nos enfants, nous devons les traiter avec la dignité et le soutien qu'ils méritent.

Nous avons besoin d’une nouvelle approche à long terme de l’éducation dans notre province, qui ne soit pas soumise à des restrictions budgétaires d’un an, ou à travailler dans le cadre qui est politiquement motivé de la mainmise de quatre ans d’un gouvernement au pouvoir. Ces approches à courte terme font partie de l'échec de l'approche du gouvernement actuel: ils ne peuvent pas voir au-delà des grand titres des journaux, et ils ne veulent pas risquer de prendre des engagements qui offenseraient leurs partisans d'extrême droite et leurs riches amis et menacer leurs chances aux prochaines élections. Pour établir la bonne voie pour l'avenir de l'éducation en Ontario, il faut adopter une vision à long terme et faire du travail acharné nécessaire pour y arriver. Dirigés par un premier ministre et un gouvernement qui priorise véritablement l'éducation, les intervenants en éducation de notre province doivent se réunir dans un nouveau consensus pour fournir la compréhension, la sagesse, les idées et la direction nécessaires pour relever le défi auquel nous sommes confrontés dans la création, le maintien et la protection d'un système d’éducation qui nous servira pour l’avenir.

Ensemble, en tant que province, nous devons faire le point sur ce que nous attendons de notre système d'enseignement public, déterminer le prix que nous sommes prêts à payer pour atteindre ce que nous voulons et peser nos objectifs par rapport à notre capacité de payer. Concrètement, cela signifie réévaluer notre formule de financement de l'éducation et les mécanismes par lesquels nous soutenons la prestation de l'éducation. Cela signifie restaurer une approche de négociation avec nos professionnels de l'éducation qui soutient le travail à long terme dans l'éducation et permet de se concentrer sur la salle de classe. Et cela signifie répondre aux besoins fondamentaux en infrastructure de notre système éducatif en fournissant un soutien à long terme pour la rénovation et la construction de nouvelles écoles.

Tous les intervenants en éducation de l'Ontario doivent travailler ensemble pour créer une nouvelle façon dont les développements à l'échelle mondiale en matière de technologie, de communication et d'information modifient le processus fondamental de traitement de l'information - d'apprentissage - et les implications dans la façon dont nos enfants fonctionnent et ce que notre système éducatif doit faire pour continuer à répondre aux besoins d'apprentissage de nos enfants dans le contexte de ce changement colossal.

Les parents et les professionnels de l'éducation de l'Ontario sont parfaitement conscients de l'importance de ces changements et ressentent de l'incertitude et de l'inquiétude quant à leurs implications pour l'éducation de nos enfants. Il existe d'innombrables indicateurs de l'ampleur des changements que nous devons comprendre comment y faire face. Une étude britannique récemment publiée au début de 2020 fournit un exemple étonnant de la façon dont la technologie imprègne la vie des enfants au niveau mondial: un quart des enfants britanniques âgés de 3 à 5 ans ont des appareils de type iPad - et 15% prennent leurs appareils au lit avec eux la nuit. Notre discussion sur l’avenir du système éducatif de l’Ontario doit s’appuyer sur des recherches approfondies et perspicaces qui saisissent comment des changements de ce type se produisent en Ontario et quelles en sont les conséquences pour nos enfants et nos jeunes. Il est irresponsable de rejeter ou d'ignorer l'importance de ces changements.

De nouvelles réalités comme celle-ci soulèvent des questions complexes et posent d'immenses défis aux parents, aux éducateurs et aux décideurs. En Ontario, nous devons agir ensemble, de manière décisive et dans un nouvel objectif, pour bâtir un système d'éducation qui soit pertinent, efficace et capable d'atteindre les objectifs que nous lui avons fixés dans le contexte du monde fondamentalement différent et en évolution rapide de nos enfants. 

Notre gouvernement actuel n'est tout simplement pas à la hauteur de cette tâche. Ses cibles erronées et mal informées concernant la taille des classes et les cours en ligne ne sont que le dernier exemple. La naïveté de faire reculer le programme d'éducation sexuelle du gouvernement libéral - pour inverser la tendance - a montré que le gouvernement Ford est dangereusement déconnecté des réalités de la diversité et du besoin d'inclusion et d'équité dans le monde d'aujourd'hui. L'offre de financement Summer Math aux conseils scolaires advenu trop tard en 2019 a révélé à quel point le gouvernement Ford est déconnecté des principes de base de la prestation de l'éducation en Ontario.

Les libéraux de l'Ontario doivent travailler avec nos intervenants en éducation non seulement pour obtenir les bonnes informations sur l'éducation aujourd'hui, mais pour fournir les valeurs, la vision et la direction nécessaires pour amener l'éducation dans sa place méritée. Je veux diriger le parti libéral de l'Ontario qui fera exactement cela.

Retour de la stabilité à l'éducation en Ontario

En 2022, le premier défi pour le nouveau gouvernement libéral sera de stabiliser et de rétablir l'ordre et la prévisibilité de notre système d'éducation. Si le gouvernement Ford persiste dans son programme actuel de coupures et de changements, les mesures de stabilisation et de restauration que nous devrons mettre en œuvre comprendront:

  • Dépenses annuelles ciblées d’au moins 500 millions de dollars pour ramener la taille moyenne des classes à 22 élèves par rapport à l’objectif de 28 des conservateurs;
  • Suppression de l’objectif des conservateurs de quatre crédits d’apprentissage en ligne obligatoires pour le diplôme d’études secondaires, et adoption d’une approche de l’apprentissage en ligne qui prévoit de tels cours mais les rend facultatifs pour les étudiants auxquels ils conviennent;
  • Rétablir les effectifs de professionnels de l’éducation de l’Ontario aux niveaux requis pour soutenir la réduction de la taille des classes et la restauration de l’apprentissage en classe en personne. Sur la base des objectifs de réduction actuels du gouvernement Ford, nous prévoyons que cela nécessitera l'embauche ou la réembauche d'au moins 2 500 enseignants et professionnels de l'éducation, y compris des assistants pour les élèves ayant des besoins élevés;
  • L'ajout d'au moins 500 conseillers / enseignants en orientation pour aider les étudiants à comprendre leurs futurs emplois, à sélectionner des cours qui leur fourniront les compétences nécessaires pour se préparer à ces emplois et à prendre des décisions qui éclairent et soutiennent le mieux leur orientation et leur choix de carrière;
  • Engager pleinement le gouvernement de l'Ontario à ouvrir des négociations collectives afin d'assurer la transparence pour les Ontariens et Ontariennes sur la façon dont les propositions visant à changer fondamentalement l'enseignement public sont traitées dans nos négociations collectives avec les syndicats représentant nos professionnels de l'éducation;
  • Limitation de la taille des classes de maternelle à 26;
  • Des mesures immédiates pour entreprendre les réparations d'urgence des écoles, avec un financement de 200 millions de dollars par an pour faire face aux pires cas de négligence et de report d'entretien, comme première étape d'un programme complet de rénovation des écoles et de nouveaux investissements en capital; 
  • Fourniture d'Internet haute vitesse à toutes les écoles de l'Ontario, y compris celles de chacune de nos collectivités rurales, éloignées, nordiques et autochtones.

Cette injection initiale de fondss assurera un écosystème éducatif stable et contribuera à calmer la tension et les conflits de travail dans l'éducation.

Bâtir un système d’éducation pour l’avenir de l’Ontario

Avec une base améliorée, un gouvernement libéral travaillera avec tous les intervenants et partenaires de l'éducation dans un effort cohérent pour créer un système d'éducation public qui puisse offrir équitablement aux Ontariennes et Ontariens une éducation de qualité. Ce processus d'évaluation, d'analyse et d'action comprendra:

  • Une évaluation complète, spécifique à l'Ontario, de la façon dont le programme et la prestation de l'éducation doivent être abordés et adaptés dans l'environnement en évolution de la technologie, de l'information et des communications au niveau mondial;
  • Une nouvelle évaluation de la formule de financement de l'éducation et des mécanismes de financement de l'éducation de l'Ontario qui reflète la valeur que les Ontariennes et Ontariens accordent à l'éducation publique et nos attentes à cet égard, la capacité de notre province à soutenir l'éducation que nous voulons pour nos enfants et les façons dont nous offrons le financement de l'éducation.

Cette approche préparera l'Ontario à une nouvelle ère de réforme et de renouvellement de l'éducation. Les libéraux doivent se préparer à cette entreprise grâce à un processus d'élaboration de politiques de base approfondi qui ouvre la voie à des consultations à l'échelle de la province avec les intervenants en éducation et les Ontariens. Mais je veux m'assurer que nous travaillons vers nos objectifs d'éducation en accordant la priorité à certaines valeurs progressistes, tournées vers l'avenir. En particulier, nous devons être prêts à:

  • Moderniser le programme d’éducation de l’Ontario afin qu’il englobe et reflète les réalités économiques et sociales. Les conservateurs de Ford continuent de promouvoir l'idée que l'éducation du « retour aux sources » préparera nos enfants à l'avenir. Le prochain gouvernement libéral doit prendre la responsabilité de d’élaboration par l’Ontario d’un programme d’études moderne qui aide nos enfants à comprendre le monde d’aujourd’hui et les prépare à s’épanouir pour celui de demain. Cela signifie fournir une approche concrète et inclusive des possibilités d'emploi à l'échelle de la province pour apprendre les sciences, la technologie, l'ingénierie, les arts et les mathématiques, et pour cultiver une compréhension de l'apprentissage tout au long de la vie et de l'entrepreneuriat; et l'enseignement des compétences de vie, y compris la littératie financière, la pensée critique et l'utilisation saine des technologies de l'information et des communications. Comme détaillé dans mon document de politique économique, nous devons renforcer notre compréhension des compétences futures qui seront nécessaires pour permettre à tous les Ontariens de participer pleinement à la future économie, de maintenir cette compréhension actuelle et pertinente et de transmettre cette information aux éducateurs pour garantir que le curriculum et le contenu et la disponibilité des cours sont optimisés de manière à rendre l'apprentissage le plus approprié et le plus utile pour les étudiants de l'Ontario tout au long de leurs études.
  • Intégrer la technologie et les outils numériques dans l'environnement d'apprentissage. Nous établirons et maintiendrons des ressources pédagogiques entièrement numériques pour les matières de base afin d'aligner la forme du curriculum sur l'environnement d'information numérique dans lequel les jeunes d'aujourd'hui fonctionnent. En simples termes, nous devons être à l’écoute de nos étudiants. Les conservateurs de Ford veulent utiliser les cours en ligne comme substitut à l'apprentissage en classe pour leur donner une excuse pour réduire le nombre d'enseignants dans nos écoles - une fausse économie et un mauvais usage de la technologie. L’approche de l’Ontario devrait être de comprendre comment l’expérience numérique peut être appliquée en salle de classe pour améliorer les interactions directes de l’enseignement et de l’apprentissage. Les cours en ligne peuvent avoir une place dans l'apprentissage futur, mais pas au détriment de la relation enseignant-élève - et non par des quotas arbitraires pour les cours, mais par une approche consensuelle fondée sur des résultats éducatifs clairs qui profitent aux élèves. Nous devons également explorer en profondeur comment les outils d'apprentissage numérique peuvent améliorer l'expérience éducative des élèves ayant des besoins spéciaux et fournir des soutiens qui permettent des résultats éducatifs plus équitables pour ces élèves.
  • Améliorer la sensibilisation à la responsabilité civique et accroître l'engagement civique de nos jeunes. Étant donné que les jeunes Ontariens et Ontariennes sont exposés à des volumes croissants d'informations grâce à la technologie, nos écoles ont un rôle à jouer pour les aider à mieux apprécier leur rôle de citoyens et à contribuer à la société de manière responsable et constructive. Dans mon document de politique en matière d'éthique, je m'engage à ramener l'âge de vote en Ontario à 16 ans. Avec l'engagement de mieux intégrer la compréhension du gouvernement et des devoirs civiques dans notre programme scolaire dès le plus jeune âge, l'Ontario peut favoriser une nouvelle génération de étudiants engagés.
  • Repenser l’approche de l’Ontario en matière d’évaluation des élèves. Alors que l'Ontario s'efforce de mieux comprendre la performance attendue des élèves dans notre système scolaire, nous devons simultanément réexaminer la façon dont nous évaluons le rendement des élèves. Des mesures qui reflètent la capacité de nos écoles à favoriser la pensée critique, la résolution de problèmes, la communication et la collaboration doivent être développées à mesure que nous mettons davantage l'accent sur ces dimensions de l'apprentissage en tant que composantes du curriculum moderne et futur. Notre amélioration de l'évaluation des élèves doit attirer tous les acteurs de l'éducation, en particulier les parents qui ont besoin d'un niveau de confiance plus élevé dans la valeur et la pertinence réelle de l'évaluation, et être en mesure d'aligner les performances et l'évaluation des élèves de manière concrète et les compétences dont les Ontariennes et Ontariens auront besoin pour participer équitablement et pleinement à notre économie et à notre société future.
  • Mettre en place un groupe de travail entre les ministères des enfants, de la Jeunesse et des Services communautaires et de l'Éducation pour déterminer les parcours optimaux, les objectifs et services partagés et les résultats pour les services de l'autisme en fonction des preuves et des besoins et aspirations des enfants, des parents et des familles. Cette initiative est liée à l’engagement pris dans mon document de politique sur la santé de mettre à jour et d’améliorer le programme de l’autisme de l’Ontario et de rebâtir un partenariat collaboratif et respectueux avec la communauté de l’autisme de notre province.
  • Établir un consensus de travail entre les organisations de sports amateurs de l’Ontario et notre système éducatif pour explorer le développement de partenariats de collaboration qui créent des occasions de favoriser les meilleurs résultats possibles pour les jeunes athlètes de notre province.
  • Valoriser l'énorme pouvoir pédagogique de nos institutions publiques pour créer des écoles et des cours spécialisés. Sur le modèle de l'École des sciences du Centre des sciences de l'Ontario, nous développerons de nouvelles possibilités d'apprentissage pour les étudiants en exploitant les ressources créatives et pédagogiques des institutions publiques, notamment le Musée royal de l'Ontario, le Musée des beaux-arts de l'Ontario, la Collection McMichael d'art canadien et d'autres musées aux niveaux provincial et local. 

Une nouvelle approche de l'infrastructure scolaire

Je suis vraiment préoccupé par le fait que d'ici 2022, l'Ontario sera confronté à une crise de l'éducation qui ne se produit pas dans nos salles de classe, mais au sujet de nos salles de classe elles-mêmes - de notre infrastructure scolaire en décomposition. Il y a dix ans, nous savions que l’Ontario faisait face à un arriéré de 9 milliards de dollars pour la réfection des écoles qui, s’il n’était pas réglé, atteindrait le niveau actuel de 16 milliards de dollars. En 2018, notre gouvernement s'est engagé à attaquer les pires exemples de dégradation scolaire avec un financement annuel de 100 millions de dollars pour la rénovation des écoles - un plan coupé par le gouvernement Ford dès son entrée en fonction. Maintenant, comme les conseils sont obligés de reporter même les travaux d'entretien et de réparation les plus urgents, l'arriéré s'accentue à un rythme qui devrait entraîner un système scolaire en 2022 nécessitant 18 à 20 milliards de dollars de travail simplement pour respecter le code du bâtiment et la sécurité minimale des élèves et des employés. En outre, la gravité croissante de la crise climatique devrait exiger de nouvelles normes plus élevées d'efficacité énergétique et de résilience climatique dans la rénovation des écoles, ce qui augmentera encore les coûts et rendra probablement certains projets de rénovation plus coûteux que les nouvelles constructions de remplacement.

Cette situation nécessite que le prochain gouvernement soit prêt à adopter une approche fondamentalement différente du renouvellement et du capital scolaire à partir de 2022. Nous devons être prêts à élaborer et à mettre en œuvre un nouveau modèle pour fournir une infrastructure scolaire et crée un nouveau système durable pour accueillir la prestation de l'enseignement en classe.

Dans mon document de politique sur l’éthique, je me suis engagé à entreprendre un examen de «Qui fait quoi?» et une analyse des programmes municipaux et provinciaux, des services et des sources de revenus en tant qu'élément clé de mon Nouvel Accord pour les municipalités. Cet examen doit inclure le financement et l'utilisation des biens et propriétés des conseils scolaires. Face aux énormes besoins de notre système scolaire en matière d'entretien, de réparation et de nouvelles constructions, il est réaliste et prudent pour l'Ontario de déterminer si l'avenir de l'infrastructure scolaire devrait se concentrer sur le développement de carrefours communautaires détenus et exploités par des entités municipales, avec des conseils scolaires mandatés pour se concentrer sur la prestation de l'éducation dans des installations publiques partagées; ce modèle reflète l'approche généralement utilisée dans les bibliothèques publiques. Il nous incombe - en particulier dans le contexte du déclin continu des infrastructures scolaires existantes à l'échelle de la province - de déterminer si cette approche est essentielle pour assurer un système d'éducation durable financé par les donneurs publics qui permette la prestation continue de l'éducation par les quatre établissements publics de notre province. Nous devons comprendre quel rôle cette approche est en mesure de jouer dans le maintien de la prestation de l’éducation publique et offrir des options éducatives mis à jour aux Ontariennes et Ontariens, en particulier dans les collectivités rurales et éloignées à population faible. Nous devons évaluer dans quelle mesure cette approche peut être efficace pour aider les municipalités à créer des carrefours communautaires florissants et à forger des niveaux de coopération beaucoup plus élevés avec une duplication réduite des coûts de fonctionnement entre nos systèmes scolaires.

Cette nouvelle approche de l'infrastructure scolaire offre à l'Ontario la possibilité d'agrandir nos centres d'apprentissage et de mieux intégrer des places de garderie abordables dans notre système d'éducation publique. Il nous aidera à améliorer l'utilisation communautaire et à valoriser des installations dont le but principal est de permettre la prestation d'une éducation financée par les fonds publics. En tant que conseiller scolaire public, j'ai veillé à ce que nos écoles soient accessibles et abordables pour les organismes communautaires. Dans les installations scolaires existantes, rénovées et nouvelles, nous devons aller plus loin pour obtenir une meilleure utilisation des infrastructures éducatives en intégrant d'autres volets communautaires, notamment les organisations communautaires locales, les services de bibliothèque et les programmes intergénérationnels. Une meilleure harmonisation des infrastructures scolaires, des structures d'accueil et de garde d'enfants et une utilisation plus large des installations scolaires par la communauté créent également une base pour améliorer la capacité de notre système de protection de l'enfance et des sociétés d'aide à l'enfance à répondre aux besoins de nos enfants les plus vulnérables.

La transition vers une nouvelle approche de l'infrastructure scolaire prendra plusieurs années pour se réaliser. Les installations scolaires vieillissantes de l’Ontario continuent de se détériorer, car l’entretien est différé et les réparations sont compromises. Cette situation, aggravée par la négligence du gouvernement Ford, doit être affrontée et traitée afin que notre système scolaire existant ait la capacité physique de continuer à subvenir à nos besoins en toute sécurité. À cette fin, nous créerons un système d'études efficace pour l'Ontario afin de permettre aux Ontariennes et Ontariens d'investir directement dans le renouvellement de nos écoles publiques existantes jusqu'en 2035.

Soutien aux quatre systèmes d'éducation publique de l'Ontario

Les libéraux de l'Ontario devraient maintenir et soutenir notre modèle actuel d'éducation du public, avec ses quatre systèmes offrant une éducation publique anglaise, catholique anglaise, publique française et catholique française aux Ontariens et Ontariennes. Plus tôt dans notre campagne à la direction, j’ai clairement déclaré que je voulais assurer aux 2,25 millions de familles catholiques de l’Ontario que sous ma direction, le parti libéral de l’Ontario n’abandonnera, ne diminuera ni ne compromettra jamais l’éducation catholique. Particulièrement dans le contexte de l'état combatif de l'éducation aujourd'hui sous le gouvernement actuel, les Ontariennes et les Ontariens doivent se rassembler dans une approche consensuelle pour soutenir la meilleure éducation possible pour tous nos enfants en soutenant le modèle existant.

Alors que les coûts des services de base de l’Ontario continuent d’augmenter, des questions continueront de se poser sur la façon dont nous pouvons continuer à financer quatre systèmes d’éducation financés par l’État. En travaillant à trouver des gains d'efficacité grâce à une nouvelle approche de l'infrastructure scolaire et en encourageant l'approvisionnement collaboratif et d'autres mesures d'économie entre les conseils scolaires, je crois que nous pouvons nous assurer que nos ressources publiques sont en mesure de continuer à soutenir la prestation de l'éducation par le biais du modèle en place aujourd'hui.

En même temps, il est essentiel que tous les conseils scolaires financés par les deniers publics de l’Ontario adoptent et adhèrent à des politiques d’inclusion, d’équité qui respectent la diversité de l’Ontario. Les conseils doivent adopter des codes de conduite et des normes de comportement et de pratique, y compris des pratiques d'embauche afin d'interdire la discrimination telle que définie dans le Code des droits de la personne de l'Ontario et spécifiée dans la Loi sur l'éducation et les directives du ministère. Tous les membres de chaque communauté scolaire de notre province doivent respecter et traiter les autres équitablement, quels que soient, par exemple, la race, l'ascendance, le lieu d'origine, la couleur, l'origine ethnique, la citoyenneté, la croyance, le sexe, l'orientation sexuelle, l'identité de genre, l'expression de genre, l’âge, l’état matrimonial, la situation familiale ou le handicap.

L'éducation post-secondaire

Comme indiqué dans mon document de politique économique, je crois que le gouvernement de l'Ontario doit concevoir et diriger une nouvelle collaboration entre les collèges et universités de la province, le monde des affaires, notre main-d'œuvre, les fournisseurs de formation et de perfectionnement des compétences, et les universitaires et autres experts dans les travaux futurs et les compétences futures, pour améliorer et maintenir continuellement une compréhension du marché du travail de l'Ontario et de la façon dont nous préparons les jeunes Ontariens à participer pleinement et équitablement à notre économie et à notre société.

Nous devons approfondir notre compréhension des emplois et des compétences qui nous rendront prospères au cours des décennies à venir, et favoriser les liens, le partage d'informations et l'investissement dans notre population qui maximise les possibilités que nous pouvons offrir aux Ontariens de travailler et de réussir, tout en soutenant la croissance économique et la richesse qui fournissent à notre gouvernement les moyens de fournir les services de base qui continuent de définir et de différencier notre province et notre pays.

Le prochain gouvernement de l’Ontario doit avoir un plan clair pour donner à nos établissements postsecondaires un aperçu et une compréhension précis des compétences futures dont les entreprises innovatrices de l’Ontario auront besoin pour s’élever à l’échelle mondiale et générer la prospérité et la richesse qui restent ici dans notre province. L'Ontario doit investir dans la recherche et l'analyse qui nous aident à comprendre l'avenir du travail et les compétences futures, à fournir cette puissante intelligence aux enseignants de nos collèges et universités et aux formateurs à l'intérieur et à l'extérieur de nos lieux de travail, et à soutenir les mécanismes qui aident les Ontariens à acquérir des compétences qui répondent aux besoins actuels, émergents et prévus des employeurs. L'Ontario doit mieux mobiliser et tirer parti des instituts universitaires et d'autres experts des compétences futures pour aider les jeunes Ontariens à obtenir en toute confiance les compétences et les qualifications dont ils auront besoin pour obtenir un emploi futur, et pour aider les employeurs à expliquer et à projeter les compétences qu'ils recherchent et rechercheront.

Nous devons encourager et soutenir les collèges et universités de l’Ontario pour relever le défi de générer les prochaines cohortes d’innovateurs de l’Ontario qui créent et dirigent des entreprises à l’échelle mondiale et qui seront les principaux moteurs de la croissance future de notre province. Pour y parvenir, nos établissements postsecondaires ont besoin de notre soutien dans un nouvel effort pour transmettre un apprentissage de haut niveau qui engendre l'innovation, l'entrepreneuriat et le leadership, et qui permet à nos prochains chefs d'entreprise d'atteindre ce niveau et d'être motivés à le faire ici en Ontario.

En 2022, le prochain gouvernement libéral devra:

  • Fixer de nouveaux objectifs précis pour l’inscription et l’obtention de diplômes postsecondaires à STEAM et assurer une participation équitable qui reflète la diversité de l’Ontario. Sur la base des niveaux actuels, une augmentation de 25 à 30% à l'échelle du système sera nécessaire.
  • Restaurer, renforcer et amplifier les possibilités d'apprentissage et de formation par l'expérience et les possibilités d'apprentissage, avec plus d'opportunités rémunérées et une meilleure coordination et liaison entre les étudiants, les institutions, les employeurs et les partenaires locaux. Les projets pilotes d'apprentissage qui ciblent des municipalités, des régions et des secteurs économiques individuels doivent être mis en œuvre. De nouveaux objectifs doivent être fixés pour accroître la participation des femmes et des Ontariennes et Ontariens aux métiers spécialisés, notamment les minorités visibles, les Autochtones et les personnes handicapées. Nous devons inciter les employeurs à embaucher des apprentis en mettant l'accent sur les Ontariens sous-représentés.
  • Établir un mécanisme pour fournir aux travailleurs cherchant à perfectionner leurs compétences une formation à court terme et des options de transfert de connaissances alignées sur les besoins des employeurs, y compris une composante de réponse rapide.
  • Accroître la capacité de l’Ontario à offrir une formation relais aux nouveaux arrivants en Ontario afin de leur permettre de combler plus rapidement et efficacement les lacunes en matière de compétences et de répondre aux besoins spécifiques des employeurs.
  • Confier aux groupes professionnels en Ontario la responsabilité d'accélérer et d'améliorer les résultats justes et équitables dans leurs processus d'évaluation des titres de compétence et de l'expérience de travail acquis à l'extérieur de l'Ontario, et établir un mécanisme d'appel provincial.
  • Réformer le Programme d’aide aux étudiants de l’Ontario (RAFEO) en évaluant d’abord l’état du système à la suite du financement du gouvernement Ford et de ses attaques contre nos étudiants les plus vulnérables, et s’engager à améliorer l’ensemble de l’approche des prêts et bourses pour mieux servir les étudiants et améliorer les résultats en mettant l'accent sur l'équité et la justice. Nous devons travailler à réduire les contributions minimales des parents et du conjoint pour améliorer l'accessibilité.
  • Élaborer une stratégie de renouvellement et d'immobilisations du campus et de remplacement de l'équipement et de la technologie. Comme détaillé dans ma plateforme de l’Environnement, nous devons optimiser l'efficacité énergétique et les technologies vertes dans cette composante du renouvellement des infrastructures publiques et de l'expansion des capitaux. Comme pour notre approche des besoins en infrastructure des écoles élémentaires et secondaires, nous devons chercher des occasions d'harmoniser le renouvellement et la construction de nouveaux campus postsecondaires avec la création de pôles municipaux, notamment dans la création de nouveaux campus postsecondaires à Milton, Brampton et Markham.
  • Maintenir la qualité de l'enseignement postsecondaire et gérer l'augmentation des inscriptions, augmenter la base de financement pour que les universités et les collèges embauchent plus de professeurs et convertissent plus de postes contractuels à temps partiel en statut permanent, améliorent et agrandissent les installations, fournissent des diplômés les plus recherchés, tout en protégeant l'équité d'accès à l'enseignement supérieur.
  • Examiner et mettre à jour la stratégie de l’Ontario pour les étudiants étrangers afin de contrer la tendance à la dépendance des établissements concernant les frais de scolarité des étudiants étrangers.
  • Rétablir l’engagement de l’Ontario envers l’enseignement postsecondaire franco-ontarien en ouvrant l’université franco-ontarienne de la province et en mettant en œuvre des mesures pour faciliter et soutenir la présence des femmes et des divers franco-ontariens, y compris des communautés nordiques et autochtones.

L'éducation des adultes

Le 11 avril 2019, le gouvernement Ford a publié un budget de 392 pages qui ne faisait aucune mention de l'éducation des adultes. Soyons clairs: les conservateurs se sont engagés à remettre plus de 2 milliards de dollars de fonds publics aux éleveurs de chevaux et aux hippodromes, et n'avaient rien à dire aux millions d'Ontariennes et d'Ontariens qui cherchent à améliorer leurs compétences de base, notamment la littératie, la numératie et la maîtrise de l'anglais afin qu'ils puissent mieux participer à notre économie et à notre société. Ils ont ignoré les jeunes Ontariens sans 12e année qui veulent reprendre des études, les immigrants et les personnes nouvellement arrivées au Canada désireux d'améliorer leurs qualifications pour l'emploi, et les gens des collectivités rurales, éloignées, nordiques et autochtones qui méritent le même accès à l'apprentissage continu en tant qu’Ontariens et Ontariennes qui vivent dans des régions plus grandes et plus au sud de notre province. L'apprentissage tout au long de la vie, et en particulier les possibilités tout au long de la vie d'acquérir et d'améliorer l'alphabétisation, doivent être mis à la disposition de tous les Ontariens.

Je suis fier que les libéraux de l'Ontario aient une longue histoire de reconnaissance du rôle essentiel que l'éducation des adultes doit jouer dans l'atteinte de l'équité, de l'équité et de la prospérité pour tous les Ontariens, et je m'engage à rétablir cette orientation à la fois en principe et en tant que condition de financement.

Les libéraux de l'Ontario doivent défendre une vision d'un système d'éducation des adultes transparent et axé sur les possibilités accessibles, inclusives et équitables à tous les adultes vivant en Ontario pour développer et maintenir les connaissances et les compétences dont ils ont besoin pour participer pleinement à l'économie de l'Ontario en constante évolution et la société - peu importe l'âge, le sexe, la situation économique, la durée de leur séjour en Ontario ou la région de notre province où ils habitent.

La voie à suivre

« L’éducation est l'arme la plus puissante que vous pouvez utiliser pour changer le monde. » - Nelson Mandela

En 2020 et dans les décennies à venir, les libéraux et tous les Ontariens doivent faire un choix en matière d'éducation. Nous nous réunirons lorsque les conservateurs de Ford seront partis, réparerons les failles et réparerons les dommages qu'ils ont causés. Les générations futures d'Ontariennes et d'Ontariens nous jugeront sur ce que nous nous engageons à faire au-delà de cela.

Nous pouvons faire une mosaïque de correctifs et de gestes timides à la réforme, et essayer de faire en sorte que le statu quo continue de fonctionner pour nous. 

J'aimerais diriger les libéraux de l'Ontario dans la définition de notre parti et dans la démonstration de notre qualification en laquelle les Ontariennes et Ontariens ont de nouveau confiance, grâce à l'engagement que nous prenons envers l'éducation.

La possibilité que notre système d'éducation m'a offerte en tant que jeune Ontarien est quelque chose que chaque enfant et chaque jeune de l'Ontario devrait avoir. Avec mon plan pour l'éducation en Ontario, je demande aux libéraux - et à tous les Ontariens - de travailler avec moi pour y arriver.